« Le 3e mandat est devenu la tendance autocratique », déplore Alioune Tine

14 - Décembre - 2020

La deuxième édition de l'Université populaire de l'engagement citoyen (UPEC) s’est ouvert ce lundi 14 décembre 2020 à Dakar, sous le thème : "Poussée autocratique : l’action citoyenne en question". Prenant par la rencontre, le directeur de Africajom Center, Alioune Tine, a déploré que le 3e mandat soit devenu « une tendance autocratique » en Afrique.

« Nous assistons à des tendances extrêmement lourdes, l’autoritarisme en Afrique également à la violation de la limitation du troisième mandat. Et parler de cette dernière question c’est parler l’une des plus grandes vulnérabilités du continent africain. Parce que le 3e mandat, est devenu la tendance autocratique. Et cela mène vers des impasses politiques », a déclaré M Tine.

Pour lui, la plus part des pays qui l’ont réussi le 3e mandat, sont dans « l’impasse politique, des violences à ne plus en finir avec une démocratie qui est en panne, des gens de la société civiles ou des membres de l’organisation de la défense de l’Homme emprisonnés ou en exilés. Sans compter les deux pays (Guinée et Cote d’Ivoire) qui manifestaient le plus de violence c’est la banalisation du droit à la vie », a-t-il regretté.

Alioune Tine espère ainsi qu'au sortir de ce cadre de débat et de réflexion qu’il ait "une stratégie d’unir toute ces énergies à chaque fois qu’il est un problème en Afrique et les organisations se lèvent en même temps pour dire non. Il s’attend aussi à ce qu’une « bonne stratégie africaine soit mise en place contre le 3e mandat et les autoritarismes ».

Prenant la parole, l’ancien coordonnateur du mouvement Y en a marre, Fadel Barro, a estimé que « c’est extrêmement important, quand on fait un parcours de presque d'une décennie de s’arrêter et s’interroger sur la pertinence, l’efficience, l’efficacité de son action ».

« La citoyenneté elle est diverse. Elle est environnementale, économique, politique, engagée…et tous ses engagements citoyens sur l’échelle du continent face à la poussée autocratique de plus en plus qui s’affirme. Il faut revoir, interroger nos manières de faire. Est-ce qu’aujourd’hui on n’est pas une meilleure autre forme d’interaction », s'est interrogé M. Barro.

Et pour corriger ces erreurs du passé, l’ancien journaliste pense qu’« il ne faut pas seulement dénoncer. « Il faut dire voilà ce qui ne va pas et dans ce qui ne va pas comment on peut construire sur ce terrain pourri qui y est devenu les Etats Africains. Comment on peut faire germer une graine de l’espoir ou faire bouger les choses. Donc c’est toute la pertinence de l’Upec », a-t-il fait savoir.

Autres actualités

04 - Septembre - 2021

Elections locales du 23 janvier prochain au Sénégal : tous contre « Macky »

A moins de 5 mois des élections départementales et communales du 23 janvier 2022, la cartographie des coalitions politiques se dessinent peu à peu, depuis l’annonce...

04 - Septembre - 2021

Coalition Yewwi Askan Wi : Zahra Iyane Thiam accuse les responsables de plagiat

La ministre Zahra Iyane Thiam et membre du pôle communication de Benno bokk yaakaar (mouvance présidentielle), a accusé les leaders de la coalition Yewwi Askan WI, de plagiat....

04 - Septembre - 2021

Depuis le 21 août 2020, Karim Wade a retrouvé son droit d’être électeur et éligible

Le Collectif des avocats de Karim Wade, qui a été condamné arbitrairement à l’issue d’un procès politique et une parodie de justice, informe...

04 - Septembre - 2021

Covid-19 Sénégal: la chute des nouveaux cas enregistrés se poursuit, 9 décès enregistrés

La troisième vague de Covid-19 sera bientôt un mauvais souvenir si les tendances baissières de ces deux dernières semaines se confirment dans celles à venir. Ce...

04 - Septembre - 2021

Le ministre du Commerce fixe les prix de l’huile, du sucre du gaz…(document)

Face à la flambée des denrées de première nécessité qui sévit la population sénégalaise depuis plusieurs mois, le ministre du...