6e édition de la Journée de l'Élevage à Kael: les ratés d'une organisation

29 - Novembre - 2019

Le président de la République Macky Sall a présidé hier, à Kaël, dans le département de Mbacké, la 6e édition de la Journée nationale de l’élevage. C’était en présence du ministre de l’Elevage et des Productions animales, Samba Ndiobène Kâ, de Mme Aminata Touré, présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), du gouverneur de la région de Diourbel et de nombreuses autorités coutumières et religieuses. Farba Nom et Khadim Samb étaient au micro central.

Sous le thème “Promotion de la culture fourragère et amélioration génétique du cheptel : créneaux porteurs pour l’emploi des jeunes et des femmes”, la journée a été longue, fastidieuse et parsemée de couacs. Déjà, le président de la république, qui était annoncé à 09 h, n’est finalement arrivé sur les lieux où se tenait la cérémonie officielle qu’aux environs de 16h. Des les lieux pris d’assaut par des milliers de militants convoyés depuis les quatre coins du pays dès les premières heures de l’aube. Chaque groupe affichant des banderoles et des effigies aux couleurs de son mentor politique. Certains, lassés par la longue attente, ont préféré se retirer sous des arbres jusqu’à l’apparition du chef de l’Etat qui, après avoir assisté à la levée du corps de Mme Colette Hubert Senghor, veuve du premier président la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, est passé par Typ Saloum pour rencontrer le khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké afin d’arrondir les angles et trouver une issue heureuse à l’affaire du maître coranique de Ndiagne).

Pour cette 6e édition de la Journée nationale de l’élevage, 33 lauréats ont été choisis dans les différentes régions du pays pour leur contribution dans l’amélioration génétique et la culture fourragère. Des stands étaient prévus pour montrer le travail colossal abattu par ces braves citoyens afin que leurs différentes expériences fassent tâche d’huile dans le pays. Hélas, à l’arrivée, les stands ont été vendus à des sociétés de la place ou des privés nantis qui voulaient focaliser l’attention du chef de l’Etat même si leurs expositions étaient hors du thème du jour.
La plupart des exposants ont étalé des bêtes importées pour la plupart du brésil. Parmi les lauréats, seul Serigne Saliou Mbacké Abdou Lahad a répondu aux critères édictés. Il a présenté aux autorités 160 têtes, fruits d’une amélioration génétique réussie, composées essentiellement de métisses et 140 tonnes de cultures fourragères destinées exclusivement à l’alimentation des animaux. Le représentant de la région de Diourbel, ne s’arrêtant pas en si bon chemin, s’est doté de tout le matériel agricole intervenant dans le processus de transformation fourragère.

L’autre lauréat qui a également un tant soit peu respecté les critères du jour, c’est Ismaïla Sarr de Dahra qui a produit pour sa part une tonne de culture fourragère et présenté, en photos, des races génétiques. Il faut dire que pour les lauréats, la tâche n’était pas facile du fait d’une main-mise totale sur l’organisation de privés qui ont monnayé les stands.
Selon certaines indiscrétions, le prix le plus bas pour disposer d’un stand était estimé à 3 millions de francs. Certains aurait même décaissé des dizaines de millions pour occuper les bonnes places et taper dans l’œil du président Macky Sall.

D’aucuns se demandaient même pourquoi le ministère n’a-t-il pas joué pleinement sa partition en organisant cet événement phare du secteur primaire ? Samba Ndiobène Ka ferait-il déjà face aux puissants lobbys du secteur qu’avait réussi à enrayer son prédécesseur, Mme Aminata Mbengue Ndiaye ? Tout laisse à penser qu’il serait déjà l’otage de ces lobbys. Nous avons même filmé des heurts entre des agents du ministère de l’Elevage, impuissants, avec le privé, maître d’oeuvre de la journée, qui en faisait à sa guise et selon ses propres intérêts. En tout cas ne se préoccupant nullement du thème retenu et de la réussite de la journée.

Les films réalisés pour montrer le travail de certains lauréats ont été ainsi zappés. En lieu et place, le comité d’organisation à servi au président de la République un film documentaire datant de…1994. Des agents vétérinaires venus de Kédougou, Sédhiou et Louga, entre autres régions, ont été également laissés en rade après l’événement par les organisateurs. Ils ne savaient plus où donner de la tête pour rentrer dans leurs localités respectives. “Nous, agents techniques du ministère, ne sommes pas respectés” a lâché l’un d’eux qui nous confie avoir été convié par le ministère pour apporter son concours à la manifestation. Le président Macky Sall, tenu par le temps serré, a décoré un seul lauréat, Serigne Saliou Abdoul Ahad, qui capitalise une expérience avérée de plus de 30 ans dans le domaine de l’élevage.

Autres actualités


30 - Novembre - 2019

Assemblée nationale : Me Djibril War traite Moustapha Cissé Lô de « voleur international »

La tension est montée d’un cran hier à l’Assemblée nationale. Tout est parti des accusations portées par Me Djibril War contre l’ancien...

29 - Novembre - 2019

Nouvel hôpital à Touba : 14 milliards détournés, une commission d'enquête demandée

L’Assemblée nationale est prête à ouvrir une Commission d’enquête parlementaire sur le 3ème hôpital qui était prévu à...

29 - Novembre - 2019

APR : Moustapha Lo sur un air de rebellion

Qui disait que l’APr est un parti de « sabar bou tass » ? En tout cas, cela a tout l’air d’être vrai puisque si la rébellion de Moustapha...