Enfants de djihadistes français, la redoutable équation

14 - Mars - 2019

La question se posait depuis des mois, depuis que se dessinait la défaite militaire de l’organisation Etat islamique, acculée dans ses derniers bastions du nord de la Syrie : que faire de ces Français – car ils sont français – qui, au nom du djihad, ont rejoint ces dernières années l’organisation Etat islamique en Syrie et en Irak et se trouvent détenus dans la région ?
Elle se pose avec d’autant plus d’acuité après la chute de l’ultime réduit de Baghouz. Depuis quelques jours, en effet, ce sont des milliers de personnes, hommes, femmes, enfants, combattants ou civils, qui, ayant survécu à l’enfer des derniers combats, sont acheminés vers des camps de fortune comme celui d’Al-Hol, installés par les forces à dominante kurde qui contrôlent la région. Et, parmi eux, un nombre incertain de Français : le gouvernement évoquait, il y a un mois, de 130 à 150 personnes, dont une majorité d’enfants très jeunes, mais, après la chute de Baghouz, leur nombre serait nettement plus important.

Pour les adultes, le problème relève déjà du casse-tête sécuritaire, juridique et politique. Pour ceux qui ont combattu en Irak, la France estime qu’ils doivent être pris en charge par la justice de ce pays. Pour ceux qui sont détenus par les forces kurdes en Syrie, la confusion est totale. En janvier, après l’annonce par les Etats-Unis du retrait de leurs troupes de la région, les forces kurdes avaient prévenu qu’elles ne seraient plus en mesure de détenir en sécurité les djihadistes prisonniers.

Le gouvernement semblait donc se résoudre à rapatrier les Français pour les juger en France et éviter qu’ils ne se dispersent dans la nature. Les tergiversations sur l’effectivité et le calendrier du retrait américain ont, pour l’instant, conduit le gouvernement à écarter ou à différer l’hypothèse d’un tel rapatriement.
La réalité chaotique sur le terrain
La situation des enfants est encore plus dramatique. Et le problème plus épineux pour les autorités françaises. D’un côté, l’émotion est inévitable devant les photos, comme celles que nous publions aujourd’hui, de ces bambins le plus souvent nés sur place et désormais égarés et piégés dans le chaos syrien, accompagnés d’un parent, quand ils ne sont pas orphelins.

Autres actualités

08 - Mars - 2019

En Thaïlande, un parti d’opposition dissous pour « acte hostile » à la monarchie

La dissolution prononcée, jeudi 7 mars, à l’encontre du parti Thai Raksa Chart (Parti de la sauvegarde de la Thaïlande) illustre la volonté de la junte militaire...

08 - Mars - 2019

Bras de fer entre Londres et Téhéran autour d’une ressortissante britannique détenue en Iran

Le gouvernement britannique a annoncé accorder la protection diplomatique à Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Irano-Britannique emprisonnée à Téhéran depuis...

07 - Mars - 2019

En Algérie, le front du « cinquième mandat » se fissure

Alors que les Algériens se préparent à manifester de nouveau, vendredi 8 mars, contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, absent du pays...

07 - Mars - 2019

Les exportateurs turcs pénalisés par Washington

L’économie turque est-elle à nouveau dans le collimateur du président des Etats-Unis, Donald Trump ? Jugé « néfaste » par le chef de...

06 - Mars - 2019

En Algérie, la colère des journalistes s’ajoute à celle des citoyens

Le visage fermé, face à la caméra, Nadia Madassi lit d’un ton résigné la lettre du président Abdelaziz Bouteflika annonçant le maintien de...