L’Argentine à nouveau en défaut de paiement

23 - Mai - 2020

L’Argentine est entrée à nouveau en défaut de paiement vendredi 22 mai en n’honorant pas une échéance de 500 millions de dollars, mais la négociation pour la restructuration de 66 milliards de dollars de sa dette se poursuit. « Nous ne payons pas [les intérêts], mais les négociations continuent », a déclaré à l’Agence France-presse une source au sein du gouvernement argentin.

Le nouveau défaut de paiement est le neuvième de l’histoire de l’Argentine. Mais le gouvernement du président de centre gauche Alberto Fernandez cherche à conclure un accord avec les détenteurs d’obligations argentines, sans déclencher « l’artillerie du défaut ». Tard jeudi soir, le gouvernement avait déjà annoncé prolonger pour la seconde fois le délai qu’il avait fixé pour la restructuration, en désignant le 2 juin comme nouvelle échéance.

Cette prolongation de seulement dix jours semble montrer que le gouvernement argentin et ses créanciers pourraient être proches d’un accord, bien que la nouvelle date limite ne soit pas forcément définitive, comme l’a précisé jeudi le gouvernement.

Les tractations devaient aboutir à l’origine au plus tard le 8 mai mais, en l’absence d’accord, elles avaient été étendues jusqu’à vendredi, date à laquelle était dû le paiement d’intérêts de 500 millions de dollars.
Négociations en bonne voie

Bien avant l’expiration du délai, il semblait toutefois acquis que ce paiement ne serait pas honoré, le gouvernement ayant inclus les trois titres de l’échéance, appelés 2021, 2026 et 2046, dans le plan de restructuration. La date de vendredi était considérée comme « anecdotique », selon les propos du ministre de l’économie, Martin Guzman.

Si le gouvernement indique que les négociations sont en bonne voie, le principal groupe de créanciers de l’Argentine a toutefois exigé vendredi « une discussion directe et immédiate ». « Le groupe se félicite de l’intention exprimée par l’Argentine de travailler avec les créanciers, mais les actes sont plus éloquents que les mots. Au cours du mois dernier, l’Argentine n’a pratiquement pas eu de communication substantielle avec ses créanciers », a déclaré dans un communiqué un groupe composé de plusieurs fonds d’investissement, dont BlackRock et Fidelity.

Autres actualités

14 - Décembre - 2020

Brexit : Londres et Bruxelles veulent « faire encore un effort » pour éviter le « no deal »

Après au moins cinq ou six dates butoir ratées ces derniers mois, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le premier ministre britannique,...

14 - Décembre - 2020

La démocratie tunisienne entre fatigue et résilience

« Désenchantement », « désillusion », « espoirs trahis » : les formules sont usées jusqu’à la corde dès que sonne...

02 - Décembre - 2020

Covid-19 : le Royaume-Uni veut lancer sa campagne de vaccination dès la semaine prochaine

Le gouvernement britannique n’a pas boudé son plaisir, mercredi 2 décembre. Boris Johnson et ses ministres se sont longuement félicités d’une «...

02 - Décembre - 2020

L’ONU obtient de l’Ethiopie un accès humanitaire illimité au Tigré

A l’issue de quatre semaines de conflit armé, l’ONU s’est vu octroyer, par le gouvernement éthiopien, un accès illimité à la région du...

26 - Octobre - 2020

Recep Tayyip Erdogan appelle au boycottage des produits français

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, n’en finit pas de multiplier ses attaques à l’encontre d’Emmanuel Macron. Lundi 26 octobre, il a appelé au...