Rwanda : Félicien Kabuga veut « être jugé en France »

20 - Mai - 2020

C’est dans un fauteuil roulant que Félicien Kabuga, escorté par deux gendarmes, a été conduit à la barre, mercredi 20 mai. L’homme d’affaires rwandais, qui était encore la semaine dernière l’un des hommes les plus recherchés du monde, avant son arrestation, le 16 mai, à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), a comparu pendant une cinquantaine de minutes devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.

Celle-ci doit examiner la validité du mandat d’arrêt émis par le Mécanisme des tribunaux pénaux internationaux (MTPI) de La Haye – une structure chargée d’achever les travaux du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), lequel a fermé ses portes à la fin 2014 – puis émettre un avis sur son transfèrement afin qu’il y soit jugé pour « génocide » et « crimes contre l’humanité ».

Vêtu d’un jean et d’un pull sombre, Félicien Kabuga n’a plus toute sa mobilité, mais il a toujours son regard vif et perçant. Il semble aussi avoir conservé sa mémoire. Après avoir décliné son identité, il a fait rectifier le prénom de son père et sa propre date de naissance : « Je suis né le 1er mars 1933 », a-t-il dit en kinyarwanda, la langue du Rwanda, d’une voix assez faible et en se vieillissant au passage de deux ans par rapport à la date annoncée. Il s’est déclaré veuf, père de onze enfants, et actuellement « sans travail parce qu’en prison ».

Accusé d’avoir armé les miliciens interahamwe

Recherché par la justice internationale, Félicien Kabuga est considéré comme le financier du génocide des Tutsis, qui a fait 800 000 morts entre avril et juillet 1994. Il est accusé d’avoir armé les miliciens interahamwe (« ceux qui travaillent ensemble », en kinyarwanda), en achetant notamment des centaines de milliers de machettes au cours des mois qui précédèrent les massacres.

Il lui est aussi reproché d’avoir créé la Radio-télévision libre Mille Collines, ce média qui diffusait à longueur de journée des messages de haine (« Vous allez mettre le feu aux Tutsis et ils vont regretter d’être nés… Faites du bon travail !) et de la musique entraînante, pour donner aux tueurs du cœur à l’ouvrage.

Autres actualités

23 - Mai - 2020

En Afghanistan, cessez-le-feu de trois jours pour la fin du ramadan

L’Afghanistan s’oriente vers trois jours d’arrêt des combats à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan qui doit...

23 - Mai - 2020

L’Argentine à nouveau en défaut de paiement

L’Argentine est entrée à nouveau en défaut de paiement vendredi 22 mai en n’honorant pas une échéance de 500 millions de dollars, mais la...

22 - Mai - 2020

Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine

L’hydroxychloroquine et la chloroquine ont-elles un intérêt dans le traitement du Covid-19 ? Les études s’accumulent, sans apporter pour l’instant de preuves...

22 - Mai - 2020

Au Cameroun, un centre protège des perroquets jaco saisis aux trafiquants

Des croassements déchirent le silence. Dans une grande cage, une nuée de perroquets volent d’un point à l’autre. Assis en face de la volière, Stephen Killi...