Présence française au Sahel : sortir de l’impasse

27 - Novembre - 2019

Il y a bientôt sept ans, en janvier 2013, François Hollande avait pris l’initiative d’envoyer les soldats français afin d’empêcher les groupes islamistes opérant dans le nord du Mali de prendre le contrôle du pays. Il y avait alors des vivats, inattendus, de la foule pour acclamer à Bamako les militaires de l’ancienne puissance coloniale et des applaudissements, un peu honteux, de la part des gouvernants africains. Ces derniers n’avaient pas été capables de chasser des djihadistes venus à l’origine des maquis algériens, enkystés dans le désert du septentrion malien. A Paris, cette intervention extérieure bénéficiait d’un large soutien politique. Le triomphe semblait alors total, tant pour l’armée française que pour l’exécutif.

Le choc provoqué par la mort au combat de treize soldats français, lundi 25 novembre, dans une collision d’hélicoptères au Mali, n’est pas le meilleur moment pour remettre en cause le bien-fondé de l’opération « Barkhane », à laquelle ils participaient, mais il ne peut que susciter des questions sur les objectifs poursuivis par la France et la stratégie retenue pour les atteindre. Si le but de « stabilisation politique et économique » de la région avancé par le premier ministre, Edouard Philippe, n’est pas discutable, force est de constater que la présence de 4 500 soldats français n’a pas permis de l’atteindre seule. Les groupes djihadistes n’ont pas pris le pouvoir à Bamako, mais ils ont essaimé dans la sous-région, du Niger au Burkina Faso, jusqu’aux confins de la Côte d’Ivoire, au cœur de l’Afrique francophone. Par milliers, des civils et des soldats des armées africaines en ont été victimes.
Immenses défis

Face à des gouvernements secoués par de réguliers scandales de corruption, incapables de répondre aux besoins minimaux des populations, dont celui, fondamental, de sécurité, face à des armées inopérantes et peu regardantes sur l’éthique, le discours de pureté tenu par les djihadistes, leur promesse de protection et de financement, reçoivent un réel écho parmi les populations marginalisées. Ainsi, les islamistes armés ont réussi à s’enraciner au Sahel, à y exploiter les vieilles rivalités, notamment celle entre cultivateurs et pasteurs, pour les transformer en haines vengeresses.

La dégradation sécuritaire en dépit de la présence de milliers de militaires étrangers, les promesses de financements internationaux qui n’arrivent pas, l’incapacité des dirigeants à exercer leur autorité sur toute l’étendue du territoire amènent désormais une partie des opinions locales à conspuer ouvertement l’action de la France.

Autres actualités

29 - Mai - 2020

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l’OMS

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé, vendredi 29 mai, qu’il mettait fin à la relation entre son pays et l’Organisation mondiale de la...

29 - Mai - 2020

Au Nigéria, escalade inquiétante des violences dans le nord-ouest

Une centaine de villageois ont été tués par des « bandits » cette semaine, dans l’Etat de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, une région devenue...

23 - Mai - 2020

En Afghanistan, cessez-le-feu de trois jours pour la fin du ramadan

L’Afghanistan s’oriente vers trois jours d’arrêt des combats à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan qui doit...

23 - Mai - 2020

L’Argentine à nouveau en défaut de paiement

L’Argentine est entrée à nouveau en défaut de paiement vendredi 22 mai en n’honorant pas une échéance de 500 millions de dollars, mais la...

22 - Mai - 2020

Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine

L’hydroxychloroquine et la chloroquine ont-elles un intérêt dans le traitement du Covid-19 ? Les études s’accumulent, sans apporter pour l’instant de preuves...