Pendant le procès de Donald Trump, quatre candidats démocrates ne pourront plus faire campagne

18 - Janvier - 2020

Le week-end prolongé, du fait du jour consacré lundi à la mémoire de Martin Luther King, sera particulièrement mis à profit par quatre candidats démocrates à l’investiture présidentielle. Tous sénateurs, ils seront en effet cloués au Sénat à partir du mardi 21 janvier, 13 heures, par le procès en destitution de Donald Trump.

Ce cas de figure inédit concerne deux favoris, Bernie Sanders (Vermont) et Elizabeth Warren (Massachusetts), ainsi que la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar et le sénateur du Colorado Michael Bennet, qui ne s’est qualifié à aucun des derniers débats faute d’intentions de vote et de dons suffisants. Un cinquième, Cory Booker (New Jersey) a abandonné au début de la semaine.

Aucune dérogation n’est possible. « Certaines choses sont plus importantes que la politique. J’ai prêté serment pour défendre la Constitution des Etats-Unis. Elle établit que personne n’est au-dessus des lois et cela inclut le président », a assuré Elizabeth Warren lors du dernier débat démocrate, le 14 janvier.

Une discipline stricte

Avant d’être rappelés au Sénat pour une période encore indéterminée, alors que les premiers votes pour l’investiture interviendront dans l’Iowa le 3 février, certains futurs consignés mettent les bouchées doubles. Bernie Sanders a prévu deux meetings dans la journée de lundi. Amy Klobuchar a prévu quatre rencontres samedi, quatre dimanche et trois lundi. Elle a également envisagé de mettre sa famille à contribution les jours suivants. Seul le dimanche pourra être mis à profit pour faire campagne, à condition de rentrer à temps à Washington.

Les quatre élus vont donc laisser le champ libre à deux autres favoris des caucus de l’Iowa, l’ancien vice-président Joe Biden, qui avait siégé pendant le procès en destitution de Bill Clinton, en 1999, et l’ancien maire de South Bend (Indiana), Pete Buttigieg. Ce dernier a d’ailleurs prévu de labourer le premier Etat à se prononcer dans la course à l’investiture. Il y tiendra huit meetings du 20 au 22 janvier.

Pour les sénateurs, cette obligation de siéger s’accompagne d’une discipline stricte que le sergent d’armes du Sénat, Michael Stenger, a déjà rappelée jeudi 16 janvier au cours de la séance pendant laquelle les élus ont juré de se montrer impartiaux. « Oyez ! Oyez ! Toutes les personnes sont tenues de garder le silence, sous peine d’emprisonnement », a-t-il lancé en préambule.

Autres actualités

08 - Février - 2020

En Thaïlande, la crainte du coronavirus suscite des réactions racistes contre les Chinois

« Eh le Chinetoque ! Retourne s’il te plaît dans ton pays de mangeur de merde ! Tu n’es plus le bienvenu chez nous. » : ce Tweet datant du 26 janvier, posté...

08 - Février - 2020

La dissuasion française à l’heure européenne

Le discours présidentiel sur la stratégie de défense française et la dissuasion nucléaire est un rite de la Ve République ; celui d’Emmanuel...

01 - Février - 2020

Brexit: la bagarre a déjà commencé sur la pêche

Le Royaume-Uni va « reprendre le contrôle des eaux britanniques », assène régulièrement Boris Johnson. Le premier ministre britannique le martèle...

01 - Février - 2020

« Alerte au coronavirus… le cuivre sonne le clairon »

Matières premières. La peur du coronavirus a atteint les salles de marché. La fièvre monte chez les spéculateurs, qui tentent de mesurer l’ampleur du choc...