Le maire libéral de Varsovie, nouveau candidat de l’opposition à la présidentielle polonaise

19 - Mai - 2020

L’improbable imbroglio politique et juridique autour de l’élection présidentielle polonaise, dont le parti au pouvoir voulait forcer la tenue au mois de mai en pleine épidémie du coronavirus, réserve décidément bien des surprises. Le report in extremis du scrutin à une date encore inconnue s’est révélé être une aubaine pour le principal parti d’opposition, la Plate-forme civique (PO, centre droit), la formation fondée par Donald Tusk. Sa candidate, Malgorzata Kidawa-Blonska, était très à la traîne dans les sondages, en dessous du seuil électoral de 5 %, après une campagne confuse, au cours de laquelle elle avait notamment appelé au boycott du scrutin sans pour autant retirer sa candidature.

Vendredi 15 mai, la direction de PO a tranché : le nouveau candidat du parti sera le maire de Varsovie, le quadragénaire et représentant de l’aile libérale du parti, Rafal Trzaskowski. La candidature de l’ancien ministre des affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, a un temps été envisagée, mais rapidement écartée. Ce renversement de situation remet les compteurs à zéro au sein de l’opposition, dans une campagne où le président sortant, Andrzej Duda, représentant du parti Droit et justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski, fait toujours office de grand favori.

Dans les études d’opinion, la Plate-forme civique a bénéficié de ce revirement, mais le défi qui attend le nouveau candidat est de taille : il est crédité à ce jour de 16 % d’intentions de vote, contre 43 % pour Andrzej Duda. Dans l’éventualité d’un second tour, en revanche, l’écart se réduit fortement : 53 % pour le président sortant et 43 % pour M. Trzaskowski, avec près de 10 % d’indécis. Les politologues soulignent unanimement qu’en dépit de sa forte popularité le président sortant bénéficie de faibles réserves de voix en vue du second tour. L’opposition veut donc y croire : une victoire et une reconquête du pouvoir sont redevenues possibles. En cas d’échec du candidat du PiS et face au morcellement de la majorité, des élections législatives anticipées ne seraient pas à exclure.

Autres actualités

23 - Mai - 2020

En Afghanistan, cessez-le-feu de trois jours pour la fin du ramadan

L’Afghanistan s’oriente vers trois jours d’arrêt des combats à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan qui doit...

23 - Mai - 2020

L’Argentine à nouveau en défaut de paiement

L’Argentine est entrée à nouveau en défaut de paiement vendredi 22 mai en n’honorant pas une échéance de 500 millions de dollars, mais la...

22 - Mai - 2020

Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine

L’hydroxychloroquine et la chloroquine ont-elles un intérêt dans le traitement du Covid-19 ? Les études s’accumulent, sans apporter pour l’instant de preuves...

22 - Mai - 2020

Au Cameroun, un centre protège des perroquets jaco saisis aux trafiquants

Des croassements déchirent le silence. Dans une grande cage, une nuée de perroquets volent d’un point à l’autre. Assis en face de la volière, Stephen Killi...

20 - Mai - 2020

Rwanda : Félicien Kabuga veut « être jugé en France »

C’est dans un fauteuil roulant que Félicien Kabuga, escorté par deux gendarmes, a été conduit à la barre, mercredi 20 mai. L’homme d’affaires...