Etats-Unis - Chine : les dangers d’une guerre des monnaies

07 - Août - 2019

Pour le moment, l’escalade est surtout verbale, mais elle présage le pire. En laissant – un peu – filer le yuan, lundi 5 août, Pékin a déclenché l’ire de Washington, qui a aussitôt formellement accusé la Chine de manipuler sa monnaie. Un tel reproche risque de « perturber gravement l’ordre financier international et de provoquer le chaos sur les marchés financiers », a répliqué la Chine, dès le lendemain. Les tensions commerciales s’enveniment encore et semblent en passe de se doubler d’une guerre des monnaies, au risque d’ébranler une économie mondiale déjà fragilisée.
En autorisant une baisse du yuan, dont le cours ne flotte pas librement, la Banque centrale de Chine a répondu aux nouvelles taxes de 10 % que Donald Trump menace d’imposer sur 300 milliards de dollars d’importations chinoises jusqu’ici épargnées. Mais il ne faut pas s’y tromper : ces derniers mois, l’institution a surtout œuvré pour empêcher une dépréciation excessive du yuan, ou renminbi (nom officiel de la monnaie chinoise), susceptible de déclencher des sorties de capitaux du pays, et non l’inverse. Beaucoup d’observateurs soulignent que l’accusation de « manipulateur de monnaie » portée par les Etats-Unis intervient à contretemps, au moins cinq ans trop tard…

Autres actualités

22 - Octobre - 2019

Au Canada, la victoire étriquée de Justin Trudeau

Le marathon de meetings aura donc été salvateur. Le premier ministre sortant, Justin Trudeau, chef de file du Parti libéral, que les sondages donnaient au...

22 - Octobre - 2019

« Les jeunes Libanais ont moins de réticences que leurs aînés à renverser la table »

Depuis jeudi, un mouvement de contestation d’une ampleur inédite paralyse le Liban, après l’annonce d’une taxe sur les appels effectués via WhatsApp,...

21 - Octobre - 2019

Brexit : en finir avec un mauvais feuilleton

Pirouettes, volte-face et coups de Trafalgar. En trois ans et demi, le Brexit a donné lieu à d’innombrables rebondissements, au point que le divorce ­entre le Royaume-Uni...

21 - Octobre - 2019

En Belgique, les socialistes entrouvrent la porte à une coalition avec l’alliance néoflamande

Paul Magnette a été élu, samedi 19 octobre, à la présidence du Parti socialiste francophone belge avec 95,4 % des voix. L’ancien ministre-président...

20 - Octobre - 2019

La contestation gagne de l’ampleur au Liban, pour la quatrième journée de manifestations

De plus en plus nombreux, des centaines de milliers de Libanais ont manifesté, dimanche 20 octobre, dans une ambiance festive pour réclamer, du Nord au Sud du pays, le départ...