En Iran, une foule immense appelle à venger Ghassem Soleimani, tué par les Etats-Unis

06 - Janvier - 2020

Menaces, promesses de vengeance, appels à la désescalade… Le contexte au Moyen-Orient reste explosif trois jours après l’assassinat de Ghassem Soleimani, l’un des hommes forts du régime iranien, tué vendredi en Irak dans une attaque de drone menée par les Etats-Unis.

Tandis qu’à Téhéran, une foule immense a rendu hommage, lundi 6 janvier, au commandant le plus populaire de l’Iran aux cris de « Mort à l’Amérique ! », le régime a promis une « riposte militaire » et a annoncé s’affranchir encore davantage de l’accord de 2015 sur son programme nucléaire en ne s’imposant plus de limites pour l’enrichissement d’uranium.

De son côté, Donald Trump multiplie les messages menaçants envers la République islamique. Si l’Iran fait « quoi que ce soit, il y aura des représailles majeures », y compris contre des « sites culturels » iraniens, a-t-il menacé dimanche.

Marée humaine à Téhéran pour un dernier hommage au général Soleimani

Dans la capitale iranienne, la population a offert le spectacle d’un rassemblement d’unité d’une ampleur jamais vue depuis 2009.
Dans la capitale iranienne, la population a offert le spectacle d’un rassemblement d’unité d’une ampleur jamais vue depuis 2009. Ebrahim Noroozi / AP

Comme à Ahvaz (sud-ouest) et Machhad (nord-est) la veille, les Iraniens se sont déplacés en masse en ce jour déclaré férié, à Téhéran, noire de monde, pour honorer Ghassem Soleimani, figure charismatique et très populaire en Iran. Dans la capitale, la population a offert le spectacle d’un rassemblement d’une ampleur jamais vue depuis les manifestations et contre-manifestations de la contestation post-électorale de 2009.

Retenant difficilement ses larmes, le Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, a présidé une courte prière des morts à l’université de Téhéran, devant les cercueils contenant les restes de Soleimani, d’Abou Mehdi Al-Mouhandis, numéro deux du Hachd Al-Chaabi (paramilitaires irakiens pro-Iran), et de quatre Iraniens.

Autres actualités

08 - Février - 2020

En Thaïlande, la crainte du coronavirus suscite des réactions racistes contre les Chinois

« Eh le Chinetoque ! Retourne s’il te plaît dans ton pays de mangeur de merde ! Tu n’es plus le bienvenu chez nous. » : ce Tweet datant du 26 janvier, posté...

08 - Février - 2020

La dissuasion française à l’heure européenne

Le discours présidentiel sur la stratégie de défense française et la dissuasion nucléaire est un rite de la Ve République ; celui d’Emmanuel...

01 - Février - 2020

Brexit: la bagarre a déjà commencé sur la pêche

Le Royaume-Uni va « reprendre le contrôle des eaux britanniques », assène régulièrement Boris Johnson. Le premier ministre britannique le martèle...

01 - Février - 2020

« Alerte au coronavirus… le cuivre sonne le clairon »

Matières premières. La peur du coronavirus a atteint les salles de marché. La fièvre monte chez les spéculateurs, qui tentent de mesurer l’ampleur du choc...

18 - Janvier - 2020

Pendant le procès de Donald Trump, quatre candidats démocrates ne pourront plus faire campagne

Le week-end prolongé, du fait du jour consacré lundi à la mémoire de Martin Luther King, sera particulièrement mis à profit par quatre candidats...