En Irak, la colère des jeunes chiites contre Téhéran

15 - Novembre - 2019

Sur l’affiche mortuaire qui le présente en « martyr de la révolution » et en « serviteur de l’imam Hussein », Al-Radoud Ali Wissam a le visage bonhomme du garçon tout juste sorti de l’adolescence. Marié et père d’un jeune enfant à 19 ans, il a été tué, d’une balle dans le cœur, le 4 novembre, devant le consulat iranien de Kerbala, en marge des manifestations contre le pouvoir, qui convulsent la ville sainte chiite, depuis octobre. Loin de l’image de « saboteurs » attribuée par les autorités irakiennes aux jeunes hommes qui ont incendié le bâtiment ce soir-là aux cris de « l’Iran dehors », au prix de quatre morts, son père, Wissam Chaker, meurtri par le deuil, décrit un lycéen sérieux et pieux qui « manifestait pacifiquement pour ses droits. »

Al-Radoud Ali Wissam a été élevé dans la religiosité de la ville sainte, tout entière dévouée à l’imam Hussein, petit-fils du prophète Mahomet et figure fondatrice de l’islam chiite, du mausolée de laquelle le dôme doré domine le centre historique. Il a grandi dans la périphérie misérable, dans l’un des nombreux bidonvilles négligés des autorités, qui ont donné le gros des volontaires partis combattre, en 2014, l’organisation Etat islamique dans les rangs des milices chiites de la Mobilisation populaire (MP) après la fatwa de l’ayatollah Ali Al-Sistani. La destruction de centaines de maisons dans une opération d’éradication des bidonvilles par les autorités, sans avertissement préalable, en septembre, a nourri la contestation. « Il voulait un meilleur avenir. Les étudiants ont des masters, mais pas d’emploi. Ils deviennent porteurs de pierres. Le gouvernement donne les contrats aux sociétés étrangères et à leurs ouvriers », déplore le père, combattant de la MP.

Le père accuse le gouvernement « corrompu », mais se risque d’une voix lasse : « Tous sont corrompus, même les chefs de la MP, qui nous ont utilisés pour prendre le pouvoir. On veut leur chute. Al-Sistani nous a dit de continuer jusqu’à ce que l’on obtienne nos droits. » Mais la gêne, et peut-être la peur, voile sa voix, à l’évocation des circonstances de la mort du « martyr ». « Mon fils ne disait pas : “L’Iran, dehors”. Il était de l’autre côté de la rue du consulat. On n’a rien contre le peuple iranien », assure-t-il. Al-Radoud Ali Wissam a accueilli, dans la modeste demeure familiale, onze pèlerins iraniens, mi-octobre, lors du pèlerinage de l’Arbaïn. Quatorze millions de chiites – dont près de trois millions d’Iraniens – ont rejoint à pied Kerbala pour marquer la fin des quarante jours de deuil de la mort de l’imam Hussein, assassiné en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid, durant la bataille de Kerbala.

Autres actualités

02 - Avril - 2020

« Les casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »

Personne, aucune communauté, aucun pays, n’est à l’abri de cette pandémie mortelle. Il s’agit d’une crise de dimension mondiale, dont les...

02 - Avril - 2020

Face au coronavirus, la menace de la rougeole se fait plus pressante en Afrique

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur la propagation du Covid-19, l’Alliance du vaccin Gavi craint que les mesures de confinement, qui limitent les vaccinations de routine,...

01 - Avril - 2020

Mali : la France a une « preuve de vie » de l’otage Sophie Pétronin, selon ses proches

La France dispose d’une preuve de vie « fiable » et récente de Sophie Pétronin, l’humanitaire française enlevée au Mali et retenue en otage...

01 - Avril - 2020

« Il faut éviter que cette crise de santé publique ne déclenche une crise alimentaire »

La pandémie du Covid-19 met à rude épreuve les systèmes de santé publique du monde entier, et des millions de personnes dans les pays du monde les plus...

31 - Mars - 2020

En Libye, libération de deux ingénieurs pétroliers, dont un Roumain, enlevés en 2018

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé lundi 30 mars la libération de deux de ses employés, dont un Roumain, enlevés en juillet 2018 sur un...