Au Cameroun, un centre protège des perroquets jaco saisis aux trafiquants

22 - Mai - 2020

Des croassements déchirent le silence. Dans une grande cage, une nuée de perroquets volent d’un point à l’autre. Assis en face de la volière, Stephen Killi Matute observe la scène. Depuis seize ans, cet homme s’occupe de ces oiseaux à la queue rouge. « Je prends soin d’eux. Je nettoie leur cage, je les nourris, je les observe durant toute la journée pour voir s’ils mangent normalement, s’ils se déplacent sans difficulté ou s’ils sont malades. Je les aime beaucoup », avoue cet animalier, responsable de la réhabilitation des perroquets.

Nous sommes au Limbe Wildlife Center (LWC), une aire protégée située dans la ville de Limbé, dans la région du Sud-Ouest du Cameroun. Installé au sein du jardin zoologique de cette cité balnéaire, ce projet de conservation et d’éducation des animaux saisis aux braconniers et trafiquants est cogéré par l’ONG internationale Pandrillus et le ministère camerounais des forêts et de la faune.

Dans cet espace, on trouve des chimpanzés, gorilles, autres espèces de singes… et des perroquets jaco, couramment appelés gris du Gabon, une espèce d’oiseaux présente en Afrique de l’Ouest et du centre, menacés d’extinction.

Autres actualités

23 - Mai - 2020

En Afghanistan, cessez-le-feu de trois jours pour la fin du ramadan

L’Afghanistan s’oriente vers trois jours d’arrêt des combats à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan qui doit...

23 - Mai - 2020

L’Argentine à nouveau en défaut de paiement

L’Argentine est entrée à nouveau en défaut de paiement vendredi 22 mai en n’honorant pas une échéance de 500 millions de dollars, mais la...

22 - Mai - 2020

Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine

L’hydroxychloroquine et la chloroquine ont-elles un intérêt dans le traitement du Covid-19 ? Les études s’accumulent, sans apporter pour l’instant de preuves...

20 - Mai - 2020

Rwanda : Félicien Kabuga veut « être jugé en France »

C’est dans un fauteuil roulant que Félicien Kabuga, escorté par deux gendarmes, a été conduit à la barre, mercredi 20 mai. L’homme d’affaires...