Soudan : quatorzième jour de sit-in devant le QG de l’armée pour réclamer un pouvoir civil

19 - Avril - 2019

Des milliers de Soudanais étaient de nouveau rassemblés en masse, vendredi 19 avril, devant le quartier général (QG) de l’armée à Khartoum, la capitale. Une semaine après la destitution du président Omar Al-Bachir, les manifestants exhortent les nouveaux dirigeants militaires à transférer rapidement le pouvoir à une administration civile.
Il y a quatre mois jour pour jour, un mouvement populaire a commencé au Soudan pour protester au départ contre le triplement du prix du pain dans un pays à l’économie exsangue. Il s’est rapidement transformé en contestation contre le général Omar Al-Bachir, qui a été destitué le 11 avril par l’armée après près de trois décennies au pouvoir.

Depuis son reversement, un Conseil militaire de transition dirigé par le général Abdel Fattah Al-Burhane a pris le pouvoir et a résisté jusque-là aux appels des manifestants à le transférer à une administration civile. Déterminés à maintenir la pression, les Soudanais campent depuis le 6 avril devant le QG de l’armée dans le centre de la capitale.
Au quatorzième jour du sit-in, des milliers de personnes étaient toujours rassemblées là. Jeudi, les routes menant au secteur étaient noires de monde, à la suite d’un appel à la mobilisation lancé par des militants sur les réseaux sociaux. « Pouvoir aux civils, pouvoir aux civils », ont scandé les manifestants jusqu’à l’aube vendredi. Les Soudanais se préparent à faire la prière hebdomadaire musulmane sur le site de la protestation.

L’Association des professionnels soudanais (SPA), groupe en première ligne de la contestation, a annoncé vendredi son intention de mettre en place une autorité civile, après avoir demandé en vain aux militaires de transmettre le pouvoir à un gouvernement civil. « Les noms des membres d’un Conseil civil chargé des affaires du pays seront annoncés lors d’une conférence de presse dimanche à 19 heures » devant le QG de l’armée, précise la SPA dans un communiqué. « Nous réclamons que ce Conseil civil, qui comprendra des représentants de l’armée, remplace le Conseil militaire », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP), Ahmed Al-Rabia, un des leaders de la SPA.

Autres actualités

12 - Juillet - 2019

Après les manifestations, à Hongkong, « l’humeur n’est pas au shopping »

« Les premiers à sentir une baisse de la consommation des ménages sont toujours les commerces de détail. Dans les grands magasins comme Sogo, la clientèle est...

12 - Juillet - 2019

Taxation des GAFA : Bruno Le Maire avance dans l’adversité

Davantage taxer les grandes entreprises du numérique dans son pays n’est pas une tâche aisée. « La France est un Etat souverain, elle décide souverainement...

11 - Juillet - 2019

Les Ouïgours, internés dès l’enfance dans des camps chinois

Il a refusé, il y a deux ans, l’ordre, reçu lors d’un séjour d’études à l’étranger, de rentrer, et s’est installé...

11 - Juillet - 2019

Au Mexique, le départ fracassant d’un ministre fragilise le président « AMLO »

« Les changements de régime entraînent des divergences », a répété, mercredi 10 juillet, le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador...

10 - Juillet - 2019

Emmanuel Macron veut un « débat sans tabou » avec les diasporas africaines

Emmanuel Macron aime faire bouger les lignes. Ou le laisser espérer. En organisant, jeudi 11 juillet à l’Elysée, un « grand débat » avec des...