Yaya Guissé, directeur de la compagnie Acte 3 de Kaolack : « le théâtre Kaolackois est dans le coma... La ville n'a pas de salle de théâtre pour ses artistes»

10 - Avril - 2018

En marge d'une résidence de recherche pour la formation d'une parade de rue (sous forme de théâtre de rue), en partenariat avec des artistes Kaolackois et européens dont des français et des belges, le directeur de la compagnie Acte 3 de Kaolack, Mr Yaya Guissé est monté au créneau pour fustiger l'absence de salle de théâtre à Kaolack et la non implication des autorités locales dans cet art. " On a choisi de faire le théâtre de rue parce qu'on a pas de salle de théâtre à Kaolack. Et c'est malheureux pour une ville culturelle, une ville qui fête ses 100 ans. La seule salle dont nous disposons se trouve au centre culturel de Kaolack, mais elle est dépourvue d'électricité, donc impraticable. Du coup, on ne peut pas jouer là bas. On préfère plutôt sortir le théâtre dans la rue pour le montrer au public et dénoncer aussi le manque d'infrastructures culturelles dans cette ville", a-t-il indiqué.
Invitant les autorités locales à participer à booster le théâtre local, Mr Cissé de poursuivre : « On pense que les autorités doivent jouer leur rôle en aidant surtout les artistes. Après 100 ans, il est temps que la ville se dote de salles de théâtre pour permettre aux artistes de s'exprimer et de parler des difficultés de la population, afin qu'elles puissent apporter des solutions face à ces problèmes là ».
Revenant ainsi sur l'activité dédiée à la parade de rue, la scénographe belge, Aurélie Décoche, de mentionner : « la résidence est une collaboration entre des artistes Kaolackois et des artistes européens. On a formé un groupe de 13 personnes qui s'agrandit de jour en jour pour former une parade de rue. Le but est de faire une résidence et on part du roman intitulé « Temps de chien » de Patrice Nganang. C'est un auteur Camerounais qui a écrit sous le point de vue d'un chien, l'histoire d'un quartier de Yaoundé où les gens se comportent plus comme des animaux que comme des humains et le point de vue du chien est très intéressant, parce qu'il raconte d'une manière quasi-objective et très neutre tout ce qu'il voit. Cela fait ressortir les traits de caractère des personnages et des humains de façon très forte. On voit des politiques corrompus, des policiers qui sont presque des mafieux et le petit citoyen moyen qui essaye de gagner sa vie en magouillant au détriment d'autres, etc... »
A noter que la rencontre de 9 jours dont 8 jours de création et 1 jour de parade de rue, réunit 13 artistes, 3 danseurs et 2 faux-lions.

Autres actualités

21 - Mars - 2019

Souleymane Bachir Diagne : "L’école africaine doit être un espace plurilingue’’

Les écoles africaines doivent devenir "un espace plurilingue" fonctionnant sur la base d’une "vraie politique linguistique" qui consisterait à renforcer la maîtrise du...

20 - Mars - 2019

Aminata Sow Fall se veut "féministe, mais pas militante"

La romancière sénégalaise Aminata Sow Fall dit ne pas être "politiquement féministe’’ pour n’avoir "jamais milité" dans les associations...

14 - Mars - 2019

Deux millions FCFA en guise de récompense aux deux lauréates sénégalaises du FESPACO

Le ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly a remis jeudi un million de francs CFA à chacune des deux lauréates sénégalaises du dernier Festival panafricain du...

13 - Mars - 2019

Un livre consacré aux chansons de Thione Seck, l’artiste se dit honoré

Thione Ballago Seck se dit honoré par la publication du livre consacré à ses chansons par le journaliste Fadel Lô, un travail qui interpelle les autres artistes quant...

13 - Mars - 2019

"Prix Orange" du livre en Afrique : un jeune sénégalais finaliste

Khalil Diallo, un jeune sénégalais de 25 ans, auteur du livre "A l’orée du trépas" (Harmattan Sénégal), a été retenu parmi les six...