Un historien sénégalais revient sur les impacts culturels de la traite esclavagiste

19 - Avril - 2019

L’historien sénégalais Ibrahima Thioub, a relevé jeudi à Dakar les impacts culturels encore "plus forts’’ de la traite esclavagiste sur les sociétés africaines contemporaines.

"Les sociétés africaines vivent presque au quotidien ces conséquences sans s’en rendre compte’’, a dit le Professeur Thioub qui a rappelé le caractère universel de l’esclavage.

"C’est comme une culture de destruction massive de biens de consommation voire de prestige", a-t-il souligné.

Le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) présentait une leçon inaugurale sur le thème "Les impacts des traites esclavagistes sur les sociétés africaines", en présence du nouveau ministre de la Culture, Abdoulaye Diop.

Il inaugure ainsi une série de conférences prévue au Musée des civilisations noires sur le thème "Caravane et caravelle".

Pr Thioub, spécialiste de l’esclavage, a estimé qu’il ne faut pas chercher loin en regardant les lutteurs sénégalais parés de gris-gris, faisant remarquer que "c’est un très long héritage tiré de ce passé esclavagiste".

"Il y’ avait ce règne de la peur qui a amené les sociétés africaines à investir dans l’imaginaire", a-t-il rappelé.

Il a relevé que l’interdiction de sortir pendant la mi-journée et au coucher du soleil répandue dans la société sénégalaise d’aujourd’hui est aussi un héritage de la chasse aux esclaves.

Les impacts des traites esclavagistes sur les sociétés africaines sont aussi politiques et économiques, a poursuivi Ibrahima Thioub, le fondateur du Centre Africain de Recherches sur les Traites et l’Esclavage (CARTE)

Sur le plan économique, a fait savoir Pr Thioub, "nous ne sommes pas une société de production, c’est un handicap qui nous poursuit et qui est à chercher dans ce passé esclavagiste. Nous n’avons pas cette culture de production".

"L’impact politique de la traite a introduit les armes et la violence", fait valoir le recteur de l’UCAD, spécialiste également de l’histoire moderne et contemporaine.

L’historien qui a insisté sur la différence entre esclavage et traite des esclaves, a par ailleurs noté les conséquences sur le plan démographique de ce passé esclavagiste.

Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a indiqué que cette leçon inaugurale du professeur Ibrahima Thioub participe à l’option du MCN d’explorer toutes les questions qui articulent l’histoire du monde noire des origines à nos contemporanéités actuelles.

Autres actualités

07 - Août - 2019

Kaolack : le mouvement Underground à l’honneur dit « Stop » à la violence faite aux femmes !

Dans le cadre de leurs activités, le mouvement Underground à l’honneur qui regroupe plus de 2000 jeunes à Kaolack et environs a tenu une conférence suivi...

03 - Août - 2019

Le film «Atlantique» de Mati Diop projeté dans une salle comble du Grand Théâtre vendredi

Grand prix du jury du festival de Cannes cette année, Atlantique a été diffusé au Grand Théâtre de Dakar ce vendredi 2 août, en...

30 - Juillet - 2019

"Big Soldier", porte-étendard du hip-hop à Kaffrine

Les vacances scolaires 2019 s’annoncent comme l’été de tous les succès pour le rappeur Omar Ndao, acteur majeur de la scène hip-hop à Kaffrine...

26 - Juillet - 2019

Une formation aux techniques de la photographie documentaire pour 10 photographes sénégalais

Dix jeunes photographes sénégalais ont entamé lundi dernier une formation aux techniques de la photographie documentaire dans le but d’"améliorer leurs...

24 - Juillet - 2019

Le ministre de la Culture appelle les cinéastes à mettre en exergue "la bravoure de nos héros"

Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a invité mardi les cinéastes sénégalais à se rapprocher des historiens pour mettre en exergue...