La culture, ce n’est pas seulement chanter et danser

23 - Octobre - 2019

La Biennale des Arts et Cultures, après douze éditions, on y chantera, on y dansera, on y parlera beaucoup. Et pour certains, on y bavardera même, au moment où la terre africaine est en train de se dérober sous nos pieds. Et comme des fourmis rampantes, on ne verra rien des grands problèmes qui menacent notre continent, une Afrique étranglée, agressée, piégée sous l’empire culturelle des puissances.

Des concepts nouveaux, dénoncés depuis des grandes puissances industrialisées, seront visitées, revisitées, savamment, tonitruamment.

L’Afrique, notre continent-mère, berceau des civilisations, de l’humanisme, est aujourd’hui le jouet du monde.

Il n’a pas encore compris, notre continent, que la culture sert à dissiper les ténèbres, les vrais, les ténèbres mentaux, psychologiques, sans quoi il n’y aura pas de créativité.

L’Afrique, ou plutôt ses diplômés, très souvent éloquents, mais aériens, bavards, non soudés à leurs peuples, à leurs terroirs, ne savent jusqu’à présent pas que la culture, ce n’est pas seulement chanter et danser. Ce n’est pas seulement des expositions, ce n’est pas seulement parler savamment de choses en rupture avec les urgences de l’heure, et surtout à venir. La culture, ce n’est pas seulement des expositions de tableaux, de sculptures, d’objets d’art, fissent-ils grandioses et qui défient l’imagination ; ce n’est pas seulement de récitals de poèmes, même s’ils vous envoient à une atmosphère enivrante. La culture est autre chose.

Elle est une conscience théorisée, formalisée, structurée, vécue, dynamique, qu’on s’approprie et qui guide et éclaire notre existence, dans une perspective évolutive, positive. La culture est donc une arme de combat, une arme surtout politique pour se donner une nouvelle conscience historique. Elle est une arme qui libère, qui anoblit, qui rend recréateur, qui humanise l’être volontaire, elle est l’ultime résumé, l’ultime conceptualisation de l’histoire et du monde.

Si, on ne comprend pas la culture sous cet angle, mais uniquement sous l’angle folklorique, alors, alors, ouvrons grand les vannes de l’enfer, parce qu’on y est déjà, on est condamnés définitivement à être les damnés de la terre. Il est donc temps, grandement temps, de prendre un autre virage, le jeu en vaut la chandelle.

Autres actualités

26 - Mars - 2020

Décès de Manu Dibango : Abdoulaye Diop rend hommage à un ‘’patrimoine artistique planétaire’’

Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a rendu hommage, mercredi, au saxophoniste camerounais Manu Dibango, décédé mardi des suites du Covid-19,...

24 - Mars - 2020

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook...

20 - Mars - 2020

Report à une date ultérieure de la Biennale de Dakar (officiel)

Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a décidé vendredi de reporter à une date ultérieure la quatorzième de la Biennale de...

19 - Mars - 2020

Covid- 19 : ’’Y en a marre’’ sensibilise par la chanson

Le mouvement ‘’Y en a marre’’ a sorti, mercredi, un single de sensibilisation, en wolof et français, invitant au respect des mesures d’hygiène...

17 - Mars - 2020

Coronavirus - Pape Diouf perd des millions, Daara-J suspend la promotion de son album

La pandémie du coronavirus n’a pas fait qu’arrêter les cours, annuler les rassemblements notamment religieux. Des pertes d’argent, surtout du côté du...