Les Ouïgours, internés dès l’enfance dans des camps chinois

11 - Juillet - 2019

Il a refusé, il y a deux ans, l’ordre, reçu lors d’un séjour d’études à l’étranger, de rentrer, et s’est installé aux Etats-Unis. Ce Ouïgour énumère les membres de sa famille qui ont été arrêtés depuis dans sa région d’origine, non loin de Kachgar, au Xinjiang : « Mon frère, la femme de mon frère, ma belle-mère, mes deux cousins plus âgés, mon oncle et ma tante… » Certains sont en camp de rééducation patriotique, d’autres en prison. Il liste aussi les enfants dont il est sans nouvelles, dont sa demi-sœur de 9 ans et les trois enfants de son cousin. « Le gouvernement n’a laissé aucun adulte en âge de s’en occuper. Ils ne sont avec personne que nous connaissions. »
Pour cet ancien homme d’affaires de 37 ans, nul doute qu’ils ont été envoyés dans un de ces centres pour enfants entre internat, orphelinat et camp d’endoctrinement, dont on commence à parler, il ne voit pas d’autre explication. « Les enfants ne peuvent pas y parler notre langue, y manger notre cuisine, ils sont éduqués comme des Chinois han [ethnie majoritaire] et doivent abandonner leur identité », dit-il.
« Un vaste système »
Où sont envoyés les enfants ouïgours quand leurs parents disparaissent ? Une nouvelle étude du chercheur allemand indépendant Adrian Zenz, basée sur des documents officiels chinois, expose un vaste système visant à prendre en charge les enfants dont les parents sont détenus et à leur inculquer une éducation patriotique en mandarin.
Parallèlement à la construction de camps d’internement, où seraient enfermés environ un million de Ouïgours – minorité turcophone sunnite –, ainsi que des membres d’autres minorités musulmanes de l’extrême Ouest chinois, des centaines de « centres de secours », orphelinats et pensionnats ont été construits ou agrandis depuis 2017.

Autres actualités

10 - Juillet - 2019

Un an après le retour du régime, violents troubles dans le Sud syrien

Explosions, enlèvements, assassinats, tirs contre des barrages militaires : la province de Deraa, dans le sud de la Syrie, berceau de la révolution de 2011, que les forces...

08 - Juillet - 2019

Turquie : le président Erdogan fait main basse sur la politique monétaire

Soucieux de régenter la politique monétaire, le président Recep Tayyip Erdogan a limogé d’un trait de plume, samedi 6 juillet, Murat Cetinkaya, le gouverneur de...

08 - Juillet - 2019

Au Brésil, la chute de Sergio Moro, l’ancien juge star de l’anticorruption

Tel un César s’adressant à la plèbe, Jair Bolsonaro avait soumis, dimanche 7 juillet, le destin de son ministre de la justice à l’appréciation...

05 - Juillet - 2019

Comment militaires et opposants se sont mis d’accord sur la transition politique au Soudan

La peur du pire et les efforts fournis pour harmoniser les circuits de médiation ont fini par porter leurs fruits : dans la nuit de jeudi 4 à vendredi 5 juillet, les deux camps...

05 - Juillet - 2019

Grèce : Kyriakos Mitsotakis, l’héritier qui veut être un premier ministre « normal »

L’air décontracté, la chemise bleu ciel aux manches retroussées, Kyriakos Mitsotakis, président de Nouvelle Démocratie (ND, droite), affiche un large...