Le Pétrole au Sénégal, mirage ou réalité ?

11 - Juillet - 2019

Les découvertes ces dernières années de champs pétrolifères et gaziers au Sénégal laissent augurer pour notre pays un avenir plutôt rassurant en matière énergétique, notamment en terme d’indépendance stratégique. Pour autant la situation du Venezuela, premier pays producteur de pétrole au monde doit nous inciter à la prudence et à la vigilance. L’Eldorado promis grâce à l’or noir apparaît en effet aujourd’hui pour ce pays comme une chimère et représente un beau gâchis. Il ne faudrait pas que ce pays sud-américain soit un modèle pour le Sénégal.
Et de ce point de vue l’étude des douze contrats pétroliers et gaziers établis depuis 1998 ne sont pas très satisfaisants. Loin de là ! Ils apparaissent en effet comme plus favorables aux entreprises extractives qu’à l’Etat Sénégalais. Le jeu est donc quelque peu biaisé en raison de cartes biseautées, notamment s’agissant des contrats les plus récents, ceux signés avec la compagnie Total en avril 2017.
A la lecture de ceux-ci une renégociation s’impose en particulier concernant les clauses de local : formation, recrutement du personnel, achats de biens et services locaux, etc. A nos yeux celle-ci est tout à fait possible.
La législation Sénégalaise apparaît également quelque peu lacunaire notamment en matière d’indemnisation des victimes en cas d’inobservation des obligations environnementales. Les populations locales doivent désormais être davantage associées et la responsabilité des compagnies pétrolières doit être précisée. Il s’agit de faire en sorte que les contrats pétroliers et gaziers respectent au plus près les bonnes pratiques de gouvernance extractive, et je pense singulièrement aux obligations sociales qui pourraient inclure, au-delà de la formation, des mesures d’accompagnement et des initiatives de micro-crédit.
En réalité, c’est l’ensemble du régime pétrolier Sénégalais qui doit être réformé à travers le code pétrolier du 8 janvier 1998.L’ITIE recommande d’ailleurs la mise en place d’un véritable cadastre pétrolier à l’imagede celui réalisé par le secteur minier.
Ainsi qu’on peut le constater nous avons devant nous un énorme chantier car l’enjeu est important pour le développement économique du Sénégal au cours des prochaines années. Et il nous faut être attentif à ne pas tuer la poule aux œufs d’or.

Ibrahima THIAM
Président du mouvement Un Autre Avenir

Autres actualités

29 - Novembre - 2019

Nouvel hôpital à Touba : 14 milliards détournés, une commission d'enquête demandée

L’Assemblée nationale est prête à ouvrir une Commission d’enquête parlementaire sur le 3ème hôpital qui était prévu à...

29 - Novembre - 2019

APR : Moustapha Lo sur un air de rebellion

Qui disait que l’APr est un parti de « sabar bou tass » ? En tout cas, cela a tout l’air d’être vrai puisque si la rébellion de Moustapha...

28 - Novembre - 2019

Macky Sall évalue son «Fast-Track»

En conseil des ministres hier, mercredi 27 novembre, le chef de l’Etat, Macky Sall est revenu sur la nécessité d’accélérer les procédures, les...

28 - Novembre - 2019

Vidéo- AIBD: comment la gendarmerie a saisi les 600 KG de drogue dissimilés dans des objets d'art

La brigade de tourisme de la subdivision des Douanes a saisi, à l’aérogare de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) 600 KG de cocaïne et de la...

28 - Novembre - 2019

« La France doit sortir de nos affaires monétaires à nous africains », par Guy Marius Sagna

Je ne prendrai aucune initiative pour ériger une muraille de Chine entre les gens comme Felwin Sarr et celles et ceux qui comme moi constituent la énième...