Au Mipim, les villes britanniques tentent de conjurer l’effet Brexit

14 - Mars - 2019

La City s’attend à perdre des entreprises et des emplois : l’incertitude va devenir notre nouvelle norme. » La voix est calme, mais l’inquiétude est là : venue défendre les intérêts du quartier d’affaires londonien au Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim), Catherine McGuinness, la présidente du comité politique de la City of London Corporation, se serait bien passée du tour chaotique pris par les négociations sur le Brexit. Le Mipim, organisé à Cannes jusqu’au vendredi 15 mars, n’aurait pas pu mieux coïncider avec l’actualité rocambolesque qui risque d’aboutir à un « no deal », une séparation sans accord du Royaume Uni et de l’Union européenne (UE), catastrophique pour l’économie.
Les transactions dans l’immobilier commercial ont plongé presque de moitié au cours des deux premiers mois de l’année
Autant dire que pour les 6 000 professionnels britanniques de l’immobilier présents à Cannes, la fête est un peu gâchée. Et si la délégation anglaise est plus forte qu’à l’accoutumée, c’est surtout pour convaincre les investisseurs de ne pas fuir leurs projets urbains. « Pour la première fois, il y a une délégation britannique de rang ministériel, alors qu’on n’avait jusque-là que les acteurs privés et des collectivités locales. Désormais, c’est le département du commerce international qui coordonne tout », souligne Filippo Rean, le directeur de la division immobilier de Reed Midem, l’organisateur du Mipim. Alun Cairns, membre du gouvernement de Theresa May, doit animer, jeudi 14 mars, un événement sur « l’avenir de l’investissement immobilier au Royaume Uni face au Brexit ».
Les effets se font déjà sentir. Les investisseurs ont retiré 1,3 milliard d’euros des fonds d’investissement immobiliers en Grande-Bretagne ces six derniers mois. Le marché immobilier londonien s’enrhume sous les vents mauvais du Brexit. Les transactions dans l’immobilier commercial ont plongé presque de moitié au cours des deux premiers mois de l’année. « Des décisions d’investissement et de recrutement sont retardées en attendant d’y voir plus clair ; le Brexit nous a déjà coûté 3 000 à 4 000 emplois déplacés sur le continent, et cela pourrait s’aggraver en cas de “no deal” », explique Mme McGuinness.

Autres actualités

25 - Mars - 2019

Israël renforce sa présence militaire autour de la bande de Gaza après un tir de roquette

Une roquette tirée de la bande de Gaza dans la nuit de dimanche à lundi 25 mars a touché une maison à Mishmeret, village situé à une trentaines de km au...

25 - Mars - 2019

La guérilla anti-Brexit des indépendantistes écossais

Le 28 juin 2016, cinq jours après le référendum sur le Brexit, la session extraordinaire du Parlement européen, à Bruxelles, s’ouvre dans une ambiance...

23 - Mars - 2019

Mozambique : le bilan du cyclone Idai, « un désastre naturel sans précédent », dépasse les 400 morts

Le cyclone Idai a endommagé une section de la route à Nhamatanda, à environ 50 kilomètres de Beira, au Mozambique, le vendredi 22 mars 2019. Tsvangirayi Mukwazhi / AP...

23 - Mars - 2019

Brexit : un plan « chaotique » en cas de « no deal » révélé dans un document secret

La première ministre britannique, Theresa May, après la conférence de presse, le premier jour d’un sommet européen consacré au Brexit, à Bruxelles,...

22 - Mars - 2019

La Syrie dénonce la position de Trump sur le Golan

L’annonce de Donald Trump en faveur d’une reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupée a suscité de...