Au Mexique, le départ fracassant d’un ministre fragilise le président « AMLO »

11 - Juillet - 2019

« Les changements de régime entraînent des divergences », a répété, mercredi 10 juillet, le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador (« AMLO »), tentant de calmer les esprits face à une vague de démissions au sein de son gouvernement. La veille, le départ surprise et fracassant de son ministre des finances, Carlos Urzua, a provoqué la plus grave crise depuis son entrée en fonctions sept mois plus tôt. De quoi renforcer les inquiétudes sur la gestion du premier président de gauche de l’histoire récente du Mexique.
La lettre de démission de M. Urzua, publiée mardi 9 juillet sur Twitter, a fait l’effet d’un électrochoc. L’ancien ministre de 64 ans y fustige sur un ton acide l’influence de « l’extrémisme » sur la politique économique du gouvernement. Ce docteur en économie de renom, issu d’une gauche modérée, dénonce aussi des « prises de décision sans aucun fondement » et qu’on lui impose des « fonctionnaires qui n’ont aucune compétence en matière de finances publiques ». Son texte évoque même un « conflit d’intérêts », sans mentionner de nom.
Un camouflet pour « AMLO », qui a réagi en postant une vidéo sur Twitter présentant le successeur de M. Urzua, Arturo Herrera, jusqu’alors ministre délégué aux finances. La nomination de cet homme du sérail, qui a travaillé pour la ville de Mexico et la Banque mondiale, a stoppé la chute du peso qui venait de perdre en quelques minutes 2 % de sa valeur face au dollar. M. Urzua « n’est pas en accord avec nos décisions », a justifié le président, laissant entendre qu’il n’était pas suffisamment à gauche à ses yeux. Le lendemain, « AMLO » a rejeté en bloc tout conflit d’intérêts au sein de son équipe, évoquant simplement un différend entre son ancien ministre et son chef de cabinet, Alfonso Romo.
Nouvelle garde nationale
La démission de M. Urzua est la quatrième d’un membre important du gouvernement, après celles du directeur de l’Institut de la sécurité sociale, de la ministre de l’environnement et du directeur de l’Institut national de la migration. « Mais de tous, Urzua reste le plus influent, souligne Jose Antonio Crespo, du Centre de recherche et d’enseignement économiques (CIDE). Au-delà du gage de confiance suscité par sa gestion financière disciplinée, sa lettre révèle les tensions au sein du gouvernement. »
Durant sept mois, M. Urzua avait été l’interlocuteur des milieux d’affaires, déminant leurs tensions avec Andres Manuel Lopez Obrador. Notamment celles suscitées par l’annulation du chantier du nouvel aéroport de Mexico. Un projet de 13 milliards de dollars, dont les travaux étaient avancés à 30 %, arrêtés net par le nouveau président au nom de la lutte contre la corruption. Sans compter les réticences de M. Urzua, révélées par la presse mexicaine, face à l’obstination du président mexicain à partir à la rescousse de la compagnie pétrolière Pemex, la plus endettée au monde, au nom de la souveraineté énergétique du pays.

Autres actualités

10 - Juillet - 2019

Un an après le retour du régime, violents troubles dans le Sud syrien

Explosions, enlèvements, assassinats, tirs contre des barrages militaires : la province de Deraa, dans le sud de la Syrie, berceau de la révolution de 2011, que les forces...

08 - Juillet - 2019

Turquie : le président Erdogan fait main basse sur la politique monétaire

Soucieux de régenter la politique monétaire, le président Recep Tayyip Erdogan a limogé d’un trait de plume, samedi 6 juillet, Murat Cetinkaya, le gouverneur de...

08 - Juillet - 2019

Au Brésil, la chute de Sergio Moro, l’ancien juge star de l’anticorruption

Tel un César s’adressant à la plèbe, Jair Bolsonaro avait soumis, dimanche 7 juillet, le destin de son ministre de la justice à l’appréciation...

05 - Juillet - 2019

Comment militaires et opposants se sont mis d’accord sur la transition politique au Soudan

La peur du pire et les efforts fournis pour harmoniser les circuits de médiation ont fini par porter leurs fruits : dans la nuit de jeudi 4 à vendredi 5 juillet, les deux camps...

05 - Juillet - 2019

Grèce : Kyriakos Mitsotakis, l’héritier qui veut être un premier ministre « normal »

L’air décontracté, la chemise bleu ciel aux manches retroussées, Kyriakos Mitsotakis, président de Nouvelle Démocratie (ND, droite), affiche un large...