Au Mexique, le départ fracassant d’un ministre fragilise le président « AMLO »

11 - Juillet - 2019

« Les changements de régime entraînent des divergences », a répété, mercredi 10 juillet, le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador (« AMLO »), tentant de calmer les esprits face à une vague de démissions au sein de son gouvernement. La veille, le départ surprise et fracassant de son ministre des finances, Carlos Urzua, a provoqué la plus grave crise depuis son entrée en fonctions sept mois plus tôt. De quoi renforcer les inquiétudes sur la gestion du premier président de gauche de l’histoire récente du Mexique.
La lettre de démission de M. Urzua, publiée mardi 9 juillet sur Twitter, a fait l’effet d’un électrochoc. L’ancien ministre de 64 ans y fustige sur un ton acide l’influence de « l’extrémisme » sur la politique économique du gouvernement. Ce docteur en économie de renom, issu d’une gauche modérée, dénonce aussi des « prises de décision sans aucun fondement » et qu’on lui impose des « fonctionnaires qui n’ont aucune compétence en matière de finances publiques ». Son texte évoque même un « conflit d’intérêts », sans mentionner de nom.
Un camouflet pour « AMLO », qui a réagi en postant une vidéo sur Twitter présentant le successeur de M. Urzua, Arturo Herrera, jusqu’alors ministre délégué aux finances. La nomination de cet homme du sérail, qui a travaillé pour la ville de Mexico et la Banque mondiale, a stoppé la chute du peso qui venait de perdre en quelques minutes 2 % de sa valeur face au dollar. M. Urzua « n’est pas en accord avec nos décisions », a justifié le président, laissant entendre qu’il n’était pas suffisamment à gauche à ses yeux. Le lendemain, « AMLO » a rejeté en bloc tout conflit d’intérêts au sein de son équipe, évoquant simplement un différend entre son ancien ministre et son chef de cabinet, Alfonso Romo.
Nouvelle garde nationale
La démission de M. Urzua est la quatrième d’un membre important du gouvernement, après celles du directeur de l’Institut de la sécurité sociale, de la ministre de l’environnement et du directeur de l’Institut national de la migration. « Mais de tous, Urzua reste le plus influent, souligne Jose Antonio Crespo, du Centre de recherche et d’enseignement économiques (CIDE). Au-delà du gage de confiance suscité par sa gestion financière disciplinée, sa lettre révèle les tensions au sein du gouvernement. »
Durant sept mois, M. Urzua avait été l’interlocuteur des milieux d’affaires, déminant leurs tensions avec Andres Manuel Lopez Obrador. Notamment celles suscitées par l’annulation du chantier du nouvel aéroport de Mexico. Un projet de 13 milliards de dollars, dont les travaux étaient avancés à 30 %, arrêtés net par le nouveau président au nom de la lutte contre la corruption. Sans compter les réticences de M. Urzua, révélées par la presse mexicaine, face à l’obstination du président mexicain à partir à la rescousse de la compagnie pétrolière Pemex, la plus endettée au monde, au nom de la souveraineté énergétique du pays.

Autres actualités

12 - Juillet - 2019

Après les manifestations, à Hongkong, « l’humeur n’est pas au shopping »

« Les premiers à sentir une baisse de la consommation des ménages sont toujours les commerces de détail. Dans les grands magasins comme Sogo, la clientèle est...

12 - Juillet - 2019

Taxation des GAFA : Bruno Le Maire avance dans l’adversité

Davantage taxer les grandes entreprises du numérique dans son pays n’est pas une tâche aisée. « La France est un Etat souverain, elle décide souverainement...

11 - Juillet - 2019

Les Ouïgours, internés dès l’enfance dans des camps chinois

Il a refusé, il y a deux ans, l’ordre, reçu lors d’un séjour d’études à l’étranger, de rentrer, et s’est installé...

10 - Juillet - 2019

Emmanuel Macron veut un « débat sans tabou » avec les diasporas africaines

Emmanuel Macron aime faire bouger les lignes. Ou le laisser espérer. En organisant, jeudi 11 juillet à l’Elysée, un « grand débat » avec des...