Abdourahmane Diouf démonte le montage financier du TER

07 - Janvier - 2022

Après avoir été inauguré en grande pompe par le chef de l’Etat Macky Sall, le Train express régional (Ter) fait l’objet de critiques de la part d’opposants. Hier, Abdourahmane Diouf est revenu sur ses révélations et accusations concernant le montage financier du Ter. L’exploitation de l’infrastructure a servi, selon lui, « sur un plateau d’argent à Seter, filiale de la Sncf ». Face à la presse, le leader de la formation politique Awalé a mis à nu cinq scandales qui chahuteraient le Ter.

Et sur un ton ferme, il a dénoncé avec énergie le montage financier qu’il qualifie de scandale de « 300 milliards sur la billetterie gérée par des sociétés françaises sans appel d’offres ». « 60 milliards de FCFA de chiffre d’affaires, rien que pour la billetterie par année ; et donc 300 milliards sur les 5 ans. Ça c’est la dimension économique d’un tel marché qui n’a pas fait l’objet d’une couverture juridique. Voilà un marché de 300 milliards à gérer par une société étrangère qui n’a pas gagné de marché, qui n’a pas fait d’offre », dénonce l’ancien porte-parole du parti de Idrissa Seck.

Il parle également de « vice de procédure ». « Il n’y a pas de contrat. Mais il demande à la Direction centrale des marchés publics (Dcmp) de leur faire un contrat. La Dcmp leur a dit que ce n’est pas possible. Il faut déjà que vous nous donniez un avis favorable. Personne n’a vu ni l’offre technique ni l’offre financière », a-t-il indiqué. M. Diouf pense que « la Seter a été favorisée au détriment de la Senter », et met la « faute » sur le dos de l’Apix et l’Etat du Sénégal. « Le Sénégal a eu Transrail, qui a été mise en liquidation judiciaire.

La logique aurait voulu que ces cheminots-là aient une sorte de priorité d’embauche dans le cadre de Seter. Mais on l’a sacrifié dans le cadre d’une discussion pratiquement bilatérale entre l’Apix et la Présidence qui font face aux bailleurs de fonds », se désole-t-il. Le président du parti Awalé a aussi dénoncé ce qu’il appelle « une gouvernance de sous-traitance, une violence mentale opérée sur les indemnisations ». Abdourahmane Diouf exige enfin la clause de transfert de technologies.

Autres actualités

06 - Septembre - 2021

Guy Marius Sagna : "Où était Mamady Doumbouya quand le peuple de Guinée était férocement réprimé par Alpha Condé ?"

"Ceux qui rendent une transmission démocratique du pouvoir impossible rendront une transmission violente du pouvoir inévitable. Ce n'est qu'une question de temps. La preuve par la...

04 - Septembre - 2021

Elections locales du 23 janvier prochain au Sénégal : tous contre « Macky »

A moins de 5 mois des élections départementales et communales du 23 janvier 2022, la cartographie des coalitions politiques se dessinent peu à peu, depuis l’annonce...

04 - Septembre - 2021

Coalition Yewwi Askan Wi : Zahra Iyane Thiam accuse les responsables de plagiat

La ministre Zahra Iyane Thiam et membre du pôle communication de Benno bokk yaakaar (mouvance présidentielle), a accusé les leaders de la coalition Yewwi Askan WI, de plagiat....

04 - Septembre - 2021

Depuis le 21 août 2020, Karim Wade a retrouvé son droit d’être électeur et éligible

Le Collectif des avocats de Karim Wade, qui a été condamné arbitrairement à l’issue d’un procès politique et une parodie de justice, informe...

04 - Septembre - 2021

Covid-19 Sénégal: la chute des nouveaux cas enregistrés se poursuit, 9 décès enregistrés

La troisième vague de Covid-19 sera bientôt un mauvais souvenir si les tendances baissières de ces deux dernières semaines se confirment dans celles à venir. Ce...