A Alger, une foule immense de manifestants résolus à rester pacifiques

02 - Mars - 2019

Il n’est pas encore 14 heures, vendredi 1er mars à Alger. Un petit groupe dévale les escaliers pour descendre vers la rue Didouche-Mourad, l’artère commerçante du centre-ville. Trois garçons sont interpellés par des policiers et emmenés au commissariat. « Ils nous ont retiré nos drapeaux, nos panneaux, nos bouteilles de vinaigre [pour se protéger du gaz lacrymogène]. Ils nous ont menacés d’avoir des problèmes si on ne rentrait pas chez nous », raconte Walid, étudiant, accompagné de son camarade Ghiles. Sitôt libérés, tous deux sont revenus manifester.

Des centaines de milliers d’Algériens ont défilé dans la capitale contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, au pouvoir depuis 1999. Encore plus nombreux que lors de la manifestation du vendredi précédent, et avec une même ­préoccupation : maintenir à tout prix le caractère pacifique de la contestation dans un pays meurtri par la violence.

« On veut exprimer notre besoin de voir du changement », explique Dalia, qui n’avait manifesté qu’une seule fois, en 2010, contre la réforme de l’université. Parmi son groupe d’amis, on est plutôt sereins et ravis, même si leurs proches ont exprimé des inquiétudes. « Mes parents avaient peur que l’armée sorte », raconte Cha­hinez, évoquant le souvenir des journées sanglantes d’octobre 1988, lorsque les militaires avaient ouvert le feu sur la foule dans le quartier de Bab El-Oued.

Rester irréprochables, ne pas provoquer les forces de l’ordre. La volonté d’offrir une image pacifique s’est répandue tout au long des heures de manifestation qui ont rythmé l’après-midi. Le souvenir des dernières expériences de manifestations populaires, dramatiques, est toujours présent : les émeutes du mois d’octobre 1988, le terrorisme des années 1990, les manifestations de Kabylie en 2001 qui ont fait 126 morts.

Alors que le cortège descend en direction de la Grande Poste, Rachid Nekkaz, populaire candidat à la présidentielle, apparaît tout à coup suspendu, se tenant à un balcon. Bloqués par les forces de l’ordre, les manifestants décident de faire dévier le parcours de la marche. « Nous ne sommes pas venus pour Nekkaz », lance l’un d’entre eux. « Le peuple ne veut ni Bouteflika ni Saïd », le frère du président, scande joyeusement la foule. Un « chuuut » parcourt les rangs quand les manifestants passent devant un hôpital.

Drapeau algérien tendu, un groupe de supporteurs de football remonte le boulevard : « Ouyahia, l’Algérie n’est pas la Syrie. » Une réponse au premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui la veille s’était dit inquiet « des manipulations ». « Les citoyens ont offert des roses aux policiers, c’est beau. Mais je rappelle qu’en Syrie, ça a commencé aussi avec les roses. »
« Pas de casse »

Près du Palais du peuple, le cortège est bloqué par la police. Des détonations retentissent. Les forces de l’ordre tirent des gaz lacrymogènes. Une jeune femme, qui a enfilé un blouson de l’équipe nationale de football pour l’occasion, sort un flacon de vinaigre de son sac et le partage autour d’elle. Les manifestants crient « silmiya, silmiya » (« pacifique, pacifique »). Des jeunes qui frappent violemment sur les grilles de commerces pour accompagner leurs chants se font rabrouer. « C’est bien qu’il n’y ait pas de casse. L’Etat s’attend à ce qu’il y ait des casseurs, c’est ce qu’ils cherchent », souligne la jeune femme.

Autres actualités

17 - Juin - 2019

Crise à Hongkong : « Tout indique que la Chine cherche un plan B »

Florence de Changy : C’est un raccourci qui couvre des situations différentes selon les élections. En commençant par le « haut », l’élection du...

17 - Juin - 2019

Crimes contre l’humanité au Tchad et au Soudan : trois arrestations en France dont un chef rebelle tchadien

Le chef rebelle tchadien, le général Mahamat Nouri et deux autres suspects ont été interpellés lundi 17 juin en France, dans une enquête ouverte depuis...

14 - Juin - 2019

Le marché pétrolier prudent après les attaques de pétroliers en mer d’Oman

Le golfe Arabo-Persique s’embrase, et le marché pétrolier semble regarder ailleurs. Jeudi, après l’annonce de l’attaque contre deux tankers dans le golfe...

14 - Juin - 2019

Au Soudan, les généraux au pouvoir admettent avoir ordonné la dispersion du sit-in

Le Conseil militaire de transition (TMC) au pouvoir au Soudan a reconnu pour la première fois, jeudi 13 juin, avoir ordonné la dispersion d’un sit-in de manifestants...

13 - Juin - 2019

Bataille pour la direction des affaires politiques au Quai d’Orsay

Une femme va-t-elle pour la première fois occuper la direction des affaires politiques, la plus prestigieuse des onze directions d’administration centrale du ministère des...